« Privilégier la valeur pour les patients »

Interview de Guillaume Bouchara, pour Pharmaceutiques
Vous formulez huit propositions « pour un système de santé davantage créateur de valeur pour les patients ».
Pourquoi ce focus ?

Ce travail vise d’abord à tirer les enseignements de la crise du Covid-19. Il s’appuie sur les analyses que nous menons depuis longtemps, mais également sur la base de nombreux entretiens conduits depuis deux ans. C’est une démarche de consultant, pragmatique par essence, et qui s’attache à une question essentielle : le patient, que chacun promet de placer au coeur du système de santé, est-il systématiquement pris en considération ? La crise sanitaire met en évidence les limites de ce système en termes de prévention, de soins et de gouvernance. Le défaut d’anticipation et de réactivité face à cet aléa sanitaire traduit souvent l’absence de prise en compte des besoins de santé prioritaires. Nous appelons donc à un nouveau référentiel fondé sur trois axes principaux : identifier et quantifier (les besoins), coopérer et décider (ensemble avec les patients), valoriser et financer en fonction de la valeur ajoutée apportée (l’accès).

Comment mieux mesurer les besoins, comment mieux valoriser les résultats ?

Aujourd’hui, le pilotage du système de santé est davantage orienté sur la gestion de l’offre de soins que sur la réponse aux besoins spécifiques des populations. Nous proposons de stratifier la mesure des besoins selon trois catégories : les « biens pourvus » qu’il faut préserver, les « non ou mal couverts » qu’il faut prioriser, les « futurs » qui doivent être anticipés. Grâce aux progrès de la data, les instruments existent, il faut à présent bâtir des indicateurs de résultats, intégrant notamment l’expérience patient. Quant à la rémunération de la valeur, elle pourra se structurer en fonction de l’atteinte des résultats obtenus. Ce nouveau paradigme implique, bien sûr, une profonde transformation en matière de pilotage du système de santé. Il faut prioriser les enjeux de santé publique, inciter massivement à la coopération les professionnels de santé, renforcer les outils de la démocratie sanitaire et l’autonomie à l’échelle des territoires, et enfin promouvoir une gouvernance plus inclusive de nature à favoriser une meilleure prise de décision.

Retrouvez toute l’actualité du secteur pharmaceutiques sur le site du magazine > https://pharmaceutiques.com

Propos recueillis par Hervé Réquillart

21 avril 2022

contact
brochure

Contactez-nous